Mots-clefs

, , ,

« Longtemps j’ai détesté Mozart. Sa joie m’exaspérait. Sa simplicité m’était écoeurante. Mes oreilles encore pleines du bruit des machines ramenaient la trop pure fluidité de ses mélodies aux flonflons du style galant et à une légèreté oublieuse des horreurs de l’Histoire. Comment supporter la trop facile « Sonate facile » que le petit virtuose de six ans vous inflige sous les applaudissements de papa? Comment tenir devant cette « Petite musique de nuit » que le répondeur d’une société anonyme vous débobine en attente téléphonique? »

Télécharger le texte complet récité lors du concert Mozart au Paradis

Publicités